La liberté de s’entretuer.

Les Occidentaux se sont-ils trompés de politique ?

Non sans affrontement parfois sanglants, de nombreux tyrans de pays islamiques du Moyen Orient et d’Afrique du Nord ont été renversés par un soulèvement populaire. En Libye les Anglais et les Français sont intervenus militairement. En Irak c’est une guerre menée sous la direction des Etats Unis qui a eu raison du tyran. En Syrie une guerre civile meurtrière n’a pas encore décidé du sort du dictateur. Les Occidentaux unanimes ont applaudi et soutenu cette « libération » des peuples qui ouvraient les voies de la démocratie. Ils seront déçus.

Après une courte période d’euphorie et l’élection d’un gouvernement légitime, deux groupes de citoyens se sont brutalement affrontés dans la rue. Islamiques stricte contre musulmans attachés à une société civile tolérante (Tunisie, Egypte, Yémen) Sunnites contre shiites (Irak, Syrie en cours), tribus (Lybie). L’ordre avait été maintenu entre ces composantes violemment antagonistes de la société par un pouvoir totalitaire. La chute des dictateurs leur a permis de se lancer dans des combats meurtriers. Elles utilisèrent leur liberté chèrement acquise pour s’entretuer.

Les économies déjà médiocres de ces pays se sont écroulées. Les classes moyennes sont ruinées, les pauvres deviennent misérables, les indigents désespérés. Le cahot économique, financier et social s’installe. On ne construit pas une démocratie avec des foules sans pain, sans logement, sans travail. Tous réclament un retour à l’ordre qui seul permet de relancer tous les espoirs.

Ce sont en général hélas les groupes les plus organisés qui s’imposent et assurent ce retour à l’ordre. Les mouvances jihadistes, des salafistes souvent affiliés de près ou de loin à la nébuleuse d’Al-Qaeda affirment leur présence dans tous ces pays. Elles sont bien organisées, entraînées, supérieurement armées et déterminées. L’exemple de l’Afghanistan avec la prise de pouvoir des Talibans après le cahot qui a suivi l’échec des Russes est prémonitoire. L’alternative dont personne ne veut c’est un nouveau dictateur généralement issu de l’armée.

La politique suivie par Occident semblent avoir oublié que la transition vers la démocratie est lente. La révolution françaises de 1789 engendra un empereur et il fallu attendre 50 ans pour qu’en 1848 la démocratie soit proclamée. Avec une information en temps réel qui atteint les masses, le temps s’est accéléré depuis. Ce qui fut de décades, prendra tout de même des années qui ne seront pas à l’abri de crises parfois aigues.