Les contribuables suisses ont aussi leurs paradis fiscaux…

… et ce sont des pays européens tout proches !

Que n’a-t-on dénoncé tous ces Français qui se réfugient en Suisse pour éviter de payer leurs impôts en France. Une fausse « idée reçue » : 99,5% des Français vivant en Suisse y sont pour de toutes autres raisons et payent leurs impôts (200 000 Français sont domiciliés en Suisse). Les autres, quelque 1000 très riches Français, y bénéficient d’un régime de forfait qui leur permet de réduire à une fraction leurs impôts.  Ils sont les réfugiés fiscaux si souvent dénoncés.

Contrairement à une autre « idée reçue », en 2011 les impôts ont été plus élevés à Genève qu’à Paris.  Les mêmes causes, les mêmes effets. De riches suisses cherchent aussi à s’expatrier dans des paradis fiscaux. Paradoxe, ces paradis sont des pays européens proches qui à Bruxelles dénoncent les turpitudes fiscales de la Suisse.

Monaco est la destination favorite des retraités suisses qui cherchent le soleil et la mer bleue sur un rocher aride surpeuplé. Aucun impôt, ni sur le revenu, ni sur la fortune, même pas d’impôt foncier ou sur les successions, le paradis. Les liens de Monaco avec la France sont très étroits au point que des fonctionnaires français sont détachés à la tête de services de l’administration fiscale monégasque.

La Belgique est souvent citée comme autre paradis fiscal. Du fait de sa proximité immédiate, et de son affinité culturelle avec la Wallonie, elle intéresse en particulier les Français fortunés du nord de la France. Pour les Suisses, les avantages fiscaux sont bien supérieurs de l’autre côté de la Manche.

La Grande Bretagne constitue leur éden fiscal. La formule géniale trouvée par l’administration fiscale londonienne de « résidents non domiciliés » leur ouvre la porte de l’évasion fiscale légale.  Ils ne règlent leurs impôts que sur leurs revenus anglais ou leurs dépenses en Angleterre si celles-ci sont plus élevées. Aucun impôt n’est payé sur la fortune ou le revenu des capitaux non anglais. Plus encore, le salaire ou les bonus et autres participations aux profits peuvent être versés légalement hors de Grande Bretagne et sont également exemptés de tout impôt. Les avantages d’une grande capitale économique, financière, sociale et culturelle font de Londres une destination irrésistible pour de nombreux Suisses fortunés qui veulent minimiser radicalement leur facture fiscale sans renoncer à un excellent style de vie.

Vos commentaires à : a.chargueraud@gmail.com.
Copyrigth Marc-André Charguéraud. Genève. 2012. Reproduction autorisée sous réserve de mention de la source.