Supprimer les Agences de notation.

 

De la gauche à la droite, les politiques dénoncent avec plus ou moins de violence le rôle des Agences de notation. Ces sociétés privées, outre une compétence souvent critiquée, se sont arrogé le droit de juger de la santé financière des Etats. Une dictature inacceptable de la finance internationale sur les peuples démocratiques et leurs gouvernements domine le monde. Ne faut-il pas les interdire et créer un agence de notation publique indépendante ?

Dans la pratique, il est impossible de supprimer une société privée qui opère légalement dans un pays tiers. Les sociétés de notation n’ont d’ailleurs d’influence sur les marchés qui si elles sont crédibles aux yeux des investisseurs. La question qui se pose est de savoir si ces investisseurs considéreront comme plus crédible une agence publique dont « l’indépendance » vis-à-vis des pouvoirs publics est loin d’être évidente.

Récemment, les notations des deux pays dont la puissance financière domine le monde, les Etats-Unis et le Japon, ont vu leur note abaissée. Les médias ont largement commenté cet « important événement ». Il a pourtant été jusqu’à présent sans conséquence.

Aux Etats-Unis, au lieu de voir les taux d’intérêt des bons du trésor à 10 ans s’apprécier, on les a vus légèrement diminuer.  Au Japon, le taux de change du yen en dollar ne s’est pas tendu. En d’autres termes, les marchés n’ont pas réagi à l’annonce par les agences de notation de cette dégradation financière.

L’influence de ces agences n’est-elle pas surestimée ? De plus en plus les grands investisseurs institutionnels, banques, assurances, organismes d’Etat, fonds de pension…. mettent en place leurs propres services d’évaluation des risques qu’ils prennent. Les notes données par les Agences de notation ne deviennent alors que l’un des paramètres participant aux décisions d’investissement. L’enjeu financier est beaucoup trop important pour s’en remettre à un tiers, fût-il une agence d’Etat.

Vos commentaires à : a.chargueraud@gmail.com

Comments are closed.